Le cerveau résiste à la démasculinisation du langage