Le nombre des pendulaires ne cesse d'augmenter, dans les trains comme sur la route, engorgeant les principales lignes. Faut-il vraiment continuer à densifier un réseau surchargé? Ou ne devrait-on pas plutôt remettre en question nos habitudes?

L'institution EPFL