Vers une réduction des dommages liés aux infarctus

La nécrose qui résulte des infarctus est provoquée par la synthèse dʹun lipide: la déoxydihydrocéramide. Elle sʹaccumule lorsque lʹoxygène vient à manquer et bloque le bon fonctionnement cellulaire. C'est la conclusion de chercheurs des universités de Genève (Unige) et de Lyon. Une avancée qui pourrait réduire de 30% les dommages liés aux infarctus.

L'expert Howard Riezman